AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 ULTRAVIOLENCES. (jax)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Gill Briskers
avatar

AVATAR : nico
CRÉDITS : BALACLAVA
MESSAGES : 138
ICI DEPUIS : 04/08/2017

MessageSujet: ULTRAVIOLENCES. (jax)   Dim 6 Aoû - 17:29

Un film en noir et blanc, voilà c'est la vie de princesse depuis qu'il s'en est allé. Alors, ouais, évidement qu'elle a des jours colorés mais ils ne durent pas, elle les voit se faufiler entre ses doigts sans pouvoir les rattraper, les obliger à rester et continuer de faire de sa vie un éternel arc-en-ciel. Parce que sa vie c'est la tienne, tout est entre les mains abîmées de Jax. Elle est restée bloqué entre les barreaux de son coeur, fermant la porte toute seule et lui a jeté la clé à la gueule. Un message qui en quelques mots veut dire, "fais ce que tu veux de moi. Je t'appartiens, à la vie à l'amore ". Alors princesse regarde la vie de loin, à travers ce bloc d'organe qu'elle ne parvient pas à fracasser.
Et ça la hante princesse, elle n'en montre rien, laissant le costume de la garce prétentieuse sur son dos aux yeux du monde. Princesse sait qu'elle restera toujours à moitié morte, à moitié en vie tant qu'il ne reviendra pas.

Vêtue de ses plus fines dentelles, ce soir sa danse n'est pas exquise. Elle est machinale, princesse n'a pas envie et quand elle n'a pas envie, elle se force pas. La blonde s'amuse à charmer les hommes par ci, par là, venant se loger contre le torse d'un parfait inconnu. Le parfum de princesse flotte dans les airs, et absorbe toutes les attentions. Le connard lui murmure une phrase suggestive, elle aurait voulu l'en gifler princesse mais le regard sévère de son boss lui fait fermer sa bouche pulpeuse. Elle attrape la main de cet homme, son bourreau du soir, s'exécutant sans répliquer parce qu'elle sait sinon ce qui l'attend. Pourtant, elle a le choix, elle pourrait tout envoyer valser et défier l'autorité de celui qui lui permet de se mettre quelque chose sous la dent. Elle pourrait tout envoyer chier, elle ne craint plus les coups princesse. Son corps est devenu armure, robotique, elle ne ressent plus rien la blonde.

Mais elle a besoin d'oublier, et tous les moyens sont bons même les plus dégueulasse. Il n'y a ni son ange pour la sauver, ni son démon pour la faire valser au fond de leur enfer. Sourire hypocrite aux lèvres, elle s'enfonce dans l'ombre accompagné de son cobaye. Et princesse s'arrête net, elle stagne un instant quand ses yeux croisent ceux de son éternel âme soeur. La blonde en devient presque livide, tremblotante, elle perd toute son assurance en une fraction de seconde. Elle se retrouve enfin face à celui qui pourrait la délivrer, mais aussi à celui qui la mise vulgairement en cage.

- Tu m'excuses, je taff.

Qu'elle lâche froidement. Elle aurait voulu dire tant d'autres choses princesse, lui hurler son amour à s'en arracher la gorge, l'enlacer à l'en étouffer. Ou encore le cogner jusqu'à ce qu'il crève entre ses doigts. Parce que c'est d'sa faute tout ça, c'est de sa faute si princesse est autant amochée. Mais elle n'en fait rien, balayant toutes ses idées pour tracer sa route. Sa main qui se pose contre l'épaule de Jax pour le faire se décaler d'un pas. Elle le contourne, serrant beaucoup trop fort la main de son connard, tellement qu'elle aurait pu la lui broyer.  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jax Foxtail
avatar

isn't it ironic that the things we do to feel alive are things that can kill us

AVATAR : cole sprouse.
CRÉDITS : arabella.
MESSAGES : 17
ICI DEPUIS : 05/08/2017

MessageSujet: Re: ULTRAVIOLENCES. (jax)   Dim 6 Aoû - 20:07

Une injection, rapide, sans douleur, et les pupilles se dilatent doucement. La sensation monte, les muscles se détendent. Ce qu'il se sent bien, tout à coup. D'une traite, il termine son verre de bourbon, avant de gratter doucement l'endroit de la piqûre venimeuse. L'héroïne. Si dangereuse, et si belle à la fois. Il se sent bien, avec ça dans le sang. Soupirant d'aise, le brun se redresse et enfile son tee-shirt, l'étirant soigneusement avant d'aller se laver les mains, en profitant pour se passer un coup d'eau sur le visage. Il a besoin de sortir, de faire la fête. Il veut se détendre, s'amuser, faire mal, se faire du bien. Tout ça à la fois, et ce n'est possible qu'à un seul endroit. Il n'y est jamais entré, pour le moment, mais il en a entendu parler, de nombreuses fois. Et récemment, on lui a fait part d'une jolie danseuse blonde, qui avait du succès. Il a tiqué, le Fox. Se demandant si c'était de sa blonde, qu'on parlait. Celle qu'il a lâchement abandonné sur un trottoir, la jetant comme une vieille chaussette alors même que ça lui déchirait le cœur. Mais c'est comme ça, la vie. Faut souffrir, pour se sentir vivant. Enfin, c'est ce qu'il pense.

Alors, il franchit la porte de cet endroit rempli de pêchés et de tabous en tout genre. Un regard autour de lui, les manches de sa veste de cuir baissées sur ses bras. Il ne veut pas qu'on le reconnaisse, pas ici, pas avec ce qu'il a sur le corps. Il est loin du Bronx, mais on ne sait jamais. Certains vivent toujours. Il regarde les tables, les personnes qui dansent sur la piste. Elle n'est pas là. Il ne sait même pas pourquoi il est venu. Il n'a jamais eu besoin de payer pour se défouler, et il aurait bien plus de problèmes ainsi. Soupirant longuement, Jax secoue la tête avant de s'approcher de la piste. Il trouvera bien quelqu'un d'assez fragile pour l'accompagner cette nuit. Et puis, une odeur. Un parfum fruité, bien que d'autres odeurs s'y ajoutent. Il fronce les sourcils, cherchant du regard d'où peut venir cette odeur, lorsque son regard croise le sien. Elle est là. Accompagnée, bien entendu, mais il s'en doutait. Et sa voix, froide, alors qu'elle l'écarte du chemin. Son sang ne fait qu'un tour, et c'est d'un geste rapide qu'il lui attrape le poignet, la ramenant contre lui. Un regard hautain vers l'homme qui l'accompagnait, et sa main se pose sur la hanche de la blonde. « Viens taffer avec moi, pétasse. Je saurais te faire monter, moi. » Il sourit en coin, ne lui laissant pas le temps de répondre qu'il l'emmène un peu plus loin, un peu plus haut. Sa main sur sa hanche, il ne la lâche pas. Il est client, après tout. « J'en ai rien à foutre si je dois payer pour te baiser, ou pour autre chose, mais tu viens avec moi, poupée. » Il la fixe, haussant un sourcil, tandis qu'il la plaque doucement contre le mur de ce couloir, pressant son corps contre le sien tout en cherchant son regard.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

ULTRAVIOLENCES. (jax)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ici bas :: voici la ville :: bord d'asphalte-