AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 SUJET COMMUN ○ CET AIR LÀ

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
shoreham
avatar

AVATAR : ici bas
CRÉDITS : avec le temps
MESSAGES : 133
ICI DEPUIS : 23/08/2012

MessageSujet: SUJET COMMUN ○ CET AIR LÀ   Lun 7 Aoû - 9:22

SUJET COMMUN ○ CET AIR LÀ

C’est un de ces soirs où l’entrepôt prend vie.
Les murs vibrent sous les pulsations de la musique électronique. À l’intérieur, les lumières stroboscopiques s’agitent dans tous les sens et les corps dansent. Les corps dansent, découpés dans les rayons de lumière. Ils se touchent, se détachent, suent dans une espèce d’anarchie harmonieuse et pourtant incompréhensible.
Les mains s’échangent des substances au goût de rêve.
C’est alors une scène étonnante pour les spectateurs, ces visages déformés par l’effort, par l’hilarité ou une espèce de tristesse causée par l’alcool. Ils sont hébétés, vacillants mais animés par une sorte de vaillance, pourtant.
Toi, là, sur le bord, collé au mur, qu’est-ce que tu attends ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iris Süskind
avatar

AVATAR : ELLE FANNING (?)
CRÉDITS : BALACLAVA
MESSAGES : 14
ICI DEPUIS : 06/08/2017

MessageSujet: Re: SUJET COMMUN ○ CET AIR LÀ   Lun 7 Aoû - 10:24

CET AIR LA
Iris Ft. Le monde

Mais, la blonde ne savait rien de tout ça. Rien du brouhaha des cœurs qui en cherchent d'autres, rien du son de la jeunesse qui se perd, elle ne connaissait pas l'odeur de défaite et de l'indifférence. Son chaos était différent, sa douleur était un corsage, une douleur silencieuse. Iris, elle, ne sait pas crier. Elle a encore la muselière du chien battu sur le bout de ses mots. Encore le retrait instinctif face au bruit et a l’agitation humaine. L'homme lui hérisse l'échine. Ca la déchire de l’intérieur.

Bam, bam bam. Il y a un tambour la dedans, non quelque chose de plus violent. De brutal et de sauvage. C'est l'adolescence perdue qu'elle affronte. Un tambour, non, des centaines voir des milliers. Peut être meme des milliards, entrain de lui perforer les tympans. Ce n'est ni harmonieux, ni meme agréable. Pourquoi les gens aiment lui mentir ainsi, pourquoi dire si ouvertement que ces lieux font se sentir vivant alors qu'ils empestent la mort. Oui, ça sent la chair en putréfaction, ça dégueule de cruauté dans les bas fonds de la ville. Animal blessé, elle plaque ses mains sur ses oreilles une fois que la foule la percute. Elle est entrain de se noyer, Iris. Elle suffoque de toute cette humanité, qui la touche, l'érafle et la perfore. De cette violence invisible que plus personne ne semble percevoir. Mais, elle pourtant enfant du diable, ça lui tord le ventre.

Une odeur acre, quelque chose d'amer puis de soudainement acide. C'est étrange de se dire qu'Iris, ne connaît ni l'odeur de l'alcool bon marché, ni celle des tripes qu'on dégueule quand la boisson est plus présente dans nos veines, que le sang lui meme. Iris, au fond, elle ne connaît pas grand chose, alors elle déambule. La petite fille cadavre, avance avec une terrible maladresse. Dans cet endroit, loin de chez elle. De ce chez soit dont elle ne voulait pas. Iris, elle ne sait pas comment saluer les passants. Ici, les gens sont devenus fantômes, mais elle, elle elle ne sait pas faire tout ça. Elle ne sait pas disparaître alors elle écrase la pièce de son mal être. Adossée a un mur,bras le long du corps alors qu'elle perd son regard cristal sur le gris des murs.
made by black arrow
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Simo Butler
avatar

AVATAR : ELIAS
CRÉDITS : GILL, MERCI CHAT
MESSAGES : 164
ICI DEPUIS : 12/07/2017

MessageSujet: Re: SUJET COMMUN ○ CET AIR LÀ   Mar 8 Aoû - 8:39

La sueur me trempe le front.
Je ne sais pas combien de temps il s’est passé depuis que je suis entré dans ce drôle de manège. J’ai perdu le contrôle de mon corps et de mes sens plus d’une fois depuis que je suis arrivé. Est-ce la fièvre générale des corps ? Est-ce l’alcool ingurgité ? Est-ce autre chose, de dilué dans mon gobelet en plastique ?
Je ressens le besoin de m’écarter car les vapeurs m’attaquent en vagues immenses et j’ai peur e tomber raide mort, piétiné comme un insecte. Je me recule alors, hébété, transi, le regard incapable de voir vraiment devant lui.
Je me retourne et, oh.
Ce visage, je le connais.
- Iris ?
Je souris.
L’heureuse surprise.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ivan Adore
avatar

AVATAR : xavier dolan
CRÉDITS : MØRPHINE
MESSAGES : 54
ICI DEPUIS : 05/08/2017

MessageSujet: Re: SUJET COMMUN ○ CET AIR LÀ   Mar 8 Aoû - 13:32


La musique fait vibrer ses os. Sa peau s'enchante et s'épanche. Torse nu. Épiderme salée par la mer et le soleil. La chaleur le couve de ses ailes et c'est les bras en l'air qu'il semble chercher une fraicheur qui n'existe pas. Ses doigts en l'air effleurent ce plafond bien trop haut pour être touché. Les yeux baignés par les stroboscopes balayent l'espace. Ils aiment ses corps qui se pressent et se dénouent. L'espace qui s’agrandit par instant et puis se resserrent violemment. Il disparait, comme happé sous ses bras musclés qui dégoulinent sur lui et les jupes plissées qui remontent avec indécence à son contact. Les lèvres sèches, sa langue vient humidifié encore et encore sous ces respirations saccadés. Il est temps de boire, sustenter cette soif incontrôlable.

Il s'échappe. Ses doigts s'oublient dans les chevelures des belles de nuit. Il ferme les yeux et s'imagine sur la plage l'espace d'un instant, ses mains plongeant dans le sable. On pourrait même en sentir les embruns. La sueur remplace vite cette effluve et les autres odeurs de corps qui s'appellent et qui se désirent. Sa main trouve vite un gobelet, une bière bon marché, mais on fait comme on peut quand on vit de rien. Cette bière sera son repas. Il s'arrête instant et observe cette foule. Il cherche dans quoi plonger. Que veux-t'il ? Il lâche un sourire qui tombe comme du verre sur le danceflloor. Un jeune homme. Une jeune fille. Une blonde. Un brun. Ils sont beaux. Ils sont jeunes. Il ne le serra plus. Il vide avec férocité sa boisson et verse la moitié sur lui. C'est du Ivan tout craché. La bière coule le long de son torse exposé à l’œil de tous. Elle s'appelle : Iris. Voilà,ce qu'il a pu entendre. Il se rapproche. Il veut en savoir plus. Est-ce que cela sera beau ? Crade ou pas plus important que les traces dans le sable qu'on oublie ?  Il veut être le petit oiseau indiscret.  

_________________

I feel like elizabeth taylor
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sacha Marks
avatar

AVATAR : dua lipa.
CRÉDITS : perséphone.
MESSAGES : 32
ICI DEPUIS : 05/08/2017

MessageSujet: Re: SUJET COMMUN ○ CET AIR LÀ   Jeu 10 Aoû - 16:41

à n'importe quelle soirée faut qu'elle ramène son cul et ses tenues trop courtes. à croire qu'elle est née entre deux danses. surement entre deux injections si on écoute les dires et qu'on se fit aux apparences. quelques minutes à peine et déjà les yeux qui piquent. trop d'informations en peu de temps. trop d'alcool dans les veines. des trucs illicites qui ont peut-être été fumés par hasard. les bpm qui font sauter le crâne. le coeur qui s'emballe comme s'il vivait l'instant présent dans son intégralité.
pour certains, c'est juste une fête. une soirée de plus à ajouter au compteur. pour la demoiselle, c'est l'occasion de faire de nouvelles rencontres, de se défouler, de profiter, de s'enivrer et d'oublier. oublier la banalité de la vie et les tracas du quotidien. passer dans les bras parfaits inconnus comme si c'était quelque chose de sain. sentir un souffle contre sa peau tandis qu'elle bouge les hanches au rythme des basses. goûter à de nouvelles lèvres et deviner quel alcool domine chez ce type pas très clean. c'est du grand n'importe quoi. mais c'est pas bizarre. c'est normal par ici. c'est ce qu'on fait lorsqu'on est jeune. elle tente de positiver. elle s'en fout pas mal de toute façon. une réputation, c'est subjectif. ça passe avec le temps. ça se modifie.
et puis y a ce gars dans l'coin. il observe tel un paparazzi ou bien un paumé de la vie. tout dépend comme on décide de voir les choses. sacha, ça l'amuse. son verre à la main, elle s'approche pour murmurer par dessus la musique. " on t'a jamais dit que c'est pas correct d'écouter aux portes ?! " ok, y a pas de porte. c'est pas grave, on peut se l'imaginer dans la tête. et c'est ce qu'elle fait la jolie brune. elle emprisonne ces deux jeunes gens dans une bulle. leur bulle. et c'est beau. c'est timide, un peu gêné mais c'est mignon. " c'est intéressant au moins ? " elle esquive un léger sourire, amenant son verre contre ses lèvres. une gorgée de plus. le nectar qui coule le long de sa gorge. ça réchauffe les coeurs, ça rapproche les âmes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sam Peach
avatar

AVATAR : Leeroy Rozan
CRÉDITS : .
MESSAGES : 41
ICI DEPUIS : 06/08/2017

MessageSujet: Re: SUJET COMMUN ○ CET AIR LÀ   Jeu 10 Aoû - 20:25

L'air était amer, les parfums faisaient la conversation et se mélangeaient avec amour. La transpiration, le parfum des jeunes filles en fleurs, des jeunes garçons fruits de la passion, tout ça, rendait fou les uns et les autres, ça libérait des dieux de vils ivresses qui n'avaient plus été invoqués depuis longtemps. On aurait dit que toute la vie était rassemblée en ce lieu, à croire que lorsque l'on traversait la porte, on en mourrait aussitôt et que son énergie aussi défoncée soit t'elle était transmise à un autre fou qui voulait danser et se damner pour toujours sur le dancefloor.
On avait créé un monde ici, il n’était point beau ni bien-pensant, au contraire, il était gemmé de vices, mais au moins nous y avions tous une place au panthéon. Ce monde élevé grâce à l’électricité des corps brillait à la lueur des néons. Ce monde devait avoir un gentilé au nom aussi barbare que vulgaire à en croire les actions de ses habitants. Je promenais mon verre toujours plein comme on promène une belle femme autour du monde ; puis une bourrasque humaine failli me faire tomber, je l'attrape par le bras, son bras tient dans ma main, je crois qu'il pourrait même tenir dans le fond de mon verre son bras, ou dans un vase grec, ceux où l'on mettait l'huile parfumée pour les tombes, parfum, parfum en parlant de parfum, il ou elle avait celui d'un songe d'été, évanescent et lumineux ce qui dans cette sombre soirée ne pouvait pas faire de mal.
- tu sens bon !
Que je dis à l'inconnu(e) son visage noyé dans ses cheveux à moins que ça ne soit l'ombre qui l’enveloppe et ne me laisse pas voir de qui il s'agissait, homme, femme, garçon ou fille, fée ou satyre, j'étais perdu et ouvrais plus grand les yeux pour pouvoir le ou la démasquer.          
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Astrid Fältskog
avatar

AVATAR : ROSS
CRÉDITS : VENUS IN FURS
MESSAGES : 15
ICI DEPUIS : 08/08/2017

MessageSujet: Re: SUJET COMMUN ○ CET AIR LÀ   Ven 11 Aoû - 14:09

c'est une vieille fille, astrid, ils diront. une fille qui sent les vieux livres et les musiques d'un autre temps. du swing anglais et du jazz qui coule de blues à la nina simone. c'est pas une fille néon. et on l'imagine pas bien danser ici ou là, sur des sons créés pour les jeunes, pour les jeunes comme elle qui vivent. on l'imagine pas bien du tout. et pourtant elle est là, noyée dans des flots de musiques électriques, un verre fluo à la main. les yeux qui courent sur les filles en robes courtes (comme cette brunette, là-bas) et les garçons assommés. c'est vulgaire, ici. trempé et d’effervescence et de décadence. ça sent le fauve, les corps en ébullition, l'amour aux vapeurs d'alcool. et astrid elle a l'air de sortir d'un autre monde. sourires solaires lancés à la foule, elle danse seule. rit quelques fois. et le sol se dérobe sous ses pieds quand elle s'écarte, la terre tourne un peu vite. c'est plus une fille, astrid, c'est une tempête. une tempête ivre de joie qui frappe une pauvre âme. un rire léger, déboussolé. - oh, pardon. et il piège son bras, fuit dans ses cheveux clairs. et astrid c'est pas une fille qui se formalise, alors encore un sourire aux airs de soleil brûlant et les mots de l'inconnu lui arrachent un autre rire. - mandarine. elle dit. - c'est la mandarine que tu sens. et ce garçon il ne lui dit rien et astrid, ce soir, c'est comme-si elle ne reconnaissait rien ni personne. ni les odeurs, ni les visages, ni les lieux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: SUJET COMMUN ○ CET AIR LÀ   

Revenir en haut Aller en bas
 

SUJET COMMUN ○ CET AIR LÀ

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» sujet éclairage
» Au sujet des délocalisations éventuelles...
» Le dénominateur commun?
» "Tactiques d'ouverture" [sujet du mois de Mars]
» [Topic Unique] Les transports en commun niçois

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ici bas :: voici la ville :: bord de mer :: les docks :: l'entrepôt-